Grâce au soutien de l'OIF, Francophonie et Francophonu ne forment plus qu'un seul site internet!
francophonie francophonue

Journée internationale de la Femme

8 mars 2014

Message de SE M. Abbou Diouf

Secrétaire général de la Francophonie

 

 

Mesdames,

C’est avec une émotion certaine et une reconnaissance profonde, que je vous adresse, pour la dernière fois en qualité de Secrétaire général de la Francophonie, ce message à l’occasion de la Journée internationale de la femme, parce que j’ai été, je reste et resterai un ardent défenseur de la cause des femmes.

Je vous ai dit, année après année, et je vous redis combien votre contribution au fonctionnement de nos institutions et de nos programmes, tant au sein de l’OIF, de l’APF, de son Réseau des femmes parlementaires, de l’AUF, de TV5Monde, de l’Université Senghor, de l’AIMF, que de la CONFEMEN ou de la CONFEJES, est essentielle. Vouloir le relever, n’est pas, dans mon esprit, faire acte de discrimination positive, car c’est vouloir souligner, un peu plus, le paradoxe et l’injustice qu’il y a à devoir lutter, encore en 2014, pour éliminer les nombreuses discriminations dont sont victimes les femmes.

Mais nous devons nous dire que, bien que le monde soit encore plein d’injustices et de souffrances, il est aussi plein de victoires.

La dénonciation, l’information, la sensibilisation progressent de jour en jour. Grâce au travail des organisations de la société civile, singulièrement des organisations de femmes de par le monde, grâce à l’implication des médias, grâce, aussi, à l’engagement des hommes, la violence domestique, les exactions commises dans les conflits armés, les mariages précoces et forcés, l’excision ou la lapidation, les inégalités de tout ordre, sont de plus en plus portées à la connaissance des opinions publiques. Cette parole libérée, nous le savons, constitue un efficace moyen de pression et un premier pas sur la voie de la prévention, de l’action, de la législation ou de l’application effective des textes existants, tant au niveau national qu’international.

Nous devons nous dire aussi avec fierté que, depuis 20 ans, la Francophonie joue, vous jouez un rôle actif dans la promotion et la protection des droits des femmes. Pour ma part, je me suis investi sans réserve pour que l’égalité entre les femmes et les hommes soit un axe fort dans toutes nos actions, pour que la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles soit inscrite au rang de nos priorités et de celles de nos Etats et gouvernements.

De notre implication dans la Conférence de Pékin à la mise en place récente du Réseau francophone pour l’égalité femme-homme, en passant par la Conférence des femmes de Luxembourg, la Déclaration et le Plan d’action sur les violences faites aux femmes et aux filles, les deux éditions du Forum mondial des femmes francophones, nous avons, étape après étape, forgé une véritable stratégie francophone en faveur des femmes qui sera encore renforcée lors du prochain Sommet des chefs d’État et de gouvernement de Dakar puisqu’il aura pour thème : « Femmes et jeunes en Francophonie : vecteurs de paix, acteurs de développement ».

Cette montée en puissance rend bien compte de notre volonté d’aller toujours plus loin, tant dans notre espace qu’à l’échelle mondiale afin, notamment, que l’égalité femme-homme, insuffisamment prise en compte dans les Objectifs du millénaire pour le développement, devienne une priorité des futurs Objectifs du développement durable, parce qu’il faut le dire et le redire sans cesse : malgré les avancées enregistrées ces dernières décennies dans le monde, malgré le fait avéré que l’amélioration de l’égalité réelle va de pair avec la croissance et le développement, les femmes demeurent les premières touchées par la pauvreté, les femmes demeurent moins bien rémunérées que les hommes, voire non rémunérées, les femmes demeurent discriminées dans l’accès aux ressources économiques et productives, les femmes meurent en donnant la vie faute d’accès à des soins appropriés, les femmes demeurent massivement confrontées à la violence physique ou sexuelle, les filles demeurent massivement privées de l’accès à l’éducation et à la formation professionnelle, les femmes demeurent sous-représentées dans les espaces de décision politiques, économiques, sociaux.

Et pourtant, je reste profondément convaincu que l’engagement militant et la volonté politique, que les effets du temps et d’une sensibilisation précoce sur les mentalités nous permettront de lever un à un tous les obstacles qui sont autant d’atteintes à la dignité, aux droits, à l’intégrité physique et à l’épanouissement des femmes.

« On n’existe pas sans faire », écrivait Simone de de Beauvoir.

Alors faisons toujours plus en faveur des femmes parce que nous n’en ferons jamais trop !

 

9- octobre - Abdoud Diouf à Genève

Le Secrétaire Général de l'Organisation Internationale de la Francophonie (Oif), le Président Abdou Diouf est à Genève, ce mercredi 9 octobre 2013, pour des entretiens avec Mme le Haut Commissaire aux droits de l'Homme, Mme Navy Pillay avec laquelle le renforcement de la coopération entre les deux institutions sera à l'ordre du jour.  Abdou Diouf rencontre également les Ambassadeurs des pays membres de l'OIF accrédités auprès des Nations-Unies, a -t-on appris, auprès de la Mission de la Francophonie, à Genève.

El Hadji Gorgui Wade Ndoye

22.02.2016

DECES DE BOUTROS GHALI : MICHAELLE JEAN REND HOMMAGE A UN HOMME AYANT PORTE HAUT LA FRANCOPHONIE.

La Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Michaëlle Jean, a exprimé sa profonde et très grande tristesse à l'annonce de la mort de Boutros Boutros-Ghali, ancien Secrétaire général de l'Onu et premier Secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (Oif), lit-on dans un communiqué de l’OIF.

22.02.2016

" Le français une langue dans les négociations internationales", Isabelle Dumont, Ambassadrice de France en Ukraine.

Isabelle Dumont, Ambassadrice de France en Ukraine défend dans cette vidéo la place de la langue française dans les négociations internationales.

21.02.2016

Le français au Canada.

Par Doudou Sow, Sociologue, conférencier et consultant* La responsabilité de la société d’accueil est aussi engagée dans le recul du français à Montréal qui est un problème systémique. Il faut également arrêter de blâmer les personnes immigrantes concernant la francisation ou leur volonté d’apprendre l’anglais.1 Les nouveaux arrivants issus même de pays francophones et francophiles deviennent de plus en plus convaincus de la force d’attraction de l’anglais. Les immigrants africains et maghrébins d’expression française constatent, sur le terrain de l’employabilité, qu’il est plus facile de se trouver un emploi en parlant anglais. Aussi, des immigrants allophones, à qui on demande d’aller étudier le français, n’arrivent pas à s’intégrer sur le marché du travail québécois parce qu’on leur exige de parler anglais, et ce, sans que ce soit relié à un domaine ou à un territoire d’emploi nécessitant une maîtrise de l’anglais. Ce qui pose un réel problème. Cette situation dramatique demande un leadership très fort de la part de tous les gouvernements, leadership qui doit être maintenu par le nouveau gouvernement libéral si le Québec entend conserver son caractère unique en Amérique du Nord. La richesse de cette belle société est aussi celle de sa particularité en Amérique du Nord. Certaines personnes immigrantes décident de venir au Québec par rapport à cette spécificité. Il faut être fier de montrer et de défendre cette différence.

28.01.2016

Genève: le français au coeur de l'intégration des migrants allophones.

L’accueil des migrants mineurs dans les différentes structures scolaires à Genève permet d’intégrer cette population dans de bonnes conditions tout en maintenant les liens et les références identitaires. Malgré le contexte conjoncturel actuellement difficile, il serait préjudiciable que les prestations fournies pour la scolarisation de ces jeunes soient diminuées ou supprimées, sous prétexte de restrictions budgétaires. C’est en effet par la formation et une intégration sociale adéquate que l’on peut miser sur le long terme. La prise en charge scolaire de tous les enfants vivant sur le sol suisse est inscrite dans les différents lois et règlements de même elle est garantie par la Convention des Droits de l’Enfant. Pour Genève, la langue française est au cœur de l’intégration. Se battre pour une école inclusive c’est aussi promouvoir la langue de Molière et la remettre au cœur de la Cité de Calvin.

28.01.2016

INVITEE : Christina Kitsos, 
chargée des affaires migratoires 
République et canton de Genève 
Département de l'instruction publique, de la culture et du sport.


L'invitée de Francophonu nous plonge au coeur de la stratégie de l'instruction publique genevoise de rendre réelle l'école inclusive. L'arrivée de jeunes migrants qui ne parlent pas le français et parfois qui n'ont jamais été scolarisés chez eux pose un défi que Genève tente de relever malgré les difficultés financières. Entretien exclusif.

22.01.2016

"Le français est une langue de la négociation." Isabelle Dumont, Ambassadrice de France en Ukraine.

Isabelle Dumont, Ambassadrice de France en Ukraine défend dans cette vidéo la place de la langue française dans les négociations internationales.

23.12.2015

« Pérégrinations parmi des peuples invisibles » : Françoise Gardiol rectifie le regard occidental sur les autres peuples.

« Faire des voyages me semble un exercice profitable[…] Je ne connais pas de meilleure école pour former la vie que de mettre sans cesse devant nos yeux la diversité de tant d’autres vies, opinions et usages ». Michel de Montaigne

23.12.2015

Plaidoyer de Michaelle Jean : Des négociations commerciales multilatérales au profit du plus grand nombre

"L’espace de coopération économique francophone doit être consolidé afin de favoriser les échanges d’expérience et de bonnes pratiques entre ses pays membres. Des concertations plus étroites et plus fréquentes peuvent également contribuer à cet objectif, et c’est dans ce cadre que nous souhaitons apporter tout notre soutien à l’initiative d’un réseau des ministres, hauts fonctionnaires et experts en questions commerciales africains, en voie de création", a notamment déclaré Mme Michelle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, à Nairobi, dans son discours lu par Ridha Bouabid, Ambassadeur Représentant de l'OIF auprès de l'ONU.

26.11.2015

ONU-PRESSE: Blaise Lempen de l'ATS fêté par la Presse internationale.

Le journaliste suisse, Blaise Lempen, directeur de l'Agence télégraphique Suisse (ATS) auprès des Nations-Unies, à Genève prend sa retraite à la fin de ce mois.

24.11.2015

Terrorisme: 2015, une année de terreur pour la Francophonie, dénonce Michaelle Jean

Les pays de l'espace francophone sont "au cœur des turbulences, sont constamment en deuil", annonce l'Organisation internationale de la Francophonie. Michaelle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, en est très alarmée.


Les nouvelles (liste complete)

Voici la liste des nouvelles qui ont été postées sur le site depuis son ouverture.


©2013 siteweb.ch & c-active.ch